DILLUNS DE CINEMA EN VOS·DESEMBRE 2012


DILLUNS 3 DE DESEMBRE A LES 20.00 h

 


La môme d’Olivier Dahan

Amb: Marion Cotillard, Sylvie Testud i Pascal Greggory

 SINOPSIS: Des de la infància a la glòria, des de les victòries a les ferides (la mort del seu amant Marcel Cerdan) de Belleville à Nova York, l’excepcional trajecte d’Edith Piaf. A través d’un destí més increïble que una novel·la, descobriu l’ànima d’una artista i el cor d’una dona… en aquest film que va guanyar Cèsar i Òscar a la millor actriu per a Marion Cotillard.

CRÍTICA: Aquest biopic de “La Môme”, d’Edith Piaf, ens proposa trobar-nos amb un mite, una icona que va marcar el món de la cançó contemporània. La seva força de convicció, la seva fe en l’amor i en la cançó… De costat de la Piaf en decadència (lliurada als excessos, alcohòlica i toxicòmana), trobem la Piaf que estima, a l’ésser humà.

El film d’Olivier Dahan va i ve, saltant-se la cronologia per a mostrar-nos alguns flaixos d’aquest retrat, una visió dels moments que van compondre aquesta vida i que toquen el cor i les entranyes de l’espectador, tot dibuixant un ambient, una silueta d’aquesta gran de la cançó.

Comptant amb la veu autèntica de Piaf en les melodies, ens trobem alhora una interpretació fabulosa de Marion Cotillard, que li va suposar el premi Cèsar i l’Òscar a la millor actriu. Cotillard s’ofereix en cos i ànima a l’hora d’encarnar Piaf i, no contentant-se amb assemblar-s’hi, ens transporta a través de les paraules, dels gestos i fins i tot dels trets físics fins al més profund de les decepcions i la bogeria que acompanyaren els moments de solitud absoluta.

SYNOPSIS : De son enfance à la gloire, de ses victoires à ses blessures (la mort de son amant Marcel Cerdan), de Belleville à New York, l’exceptionnel parcours d’Edith Piaf. A travers un destin plus incroyable qu’un roman, découvrez l’âme d’une artiste et le coeur d’une femme… César et oscar de la meilleure actrice pour Marion Cotillard.

CRITIQUE : “Un grand film d’amour, musical, populaire, tragique et romanesque. Un sujet français, un film international, un grand film sur Piaf.” C’est en ces quelques mots qu’Olivier Dahan a vendu La Môme à son producteur, Ilan Goldman (1492, Christophe Colomb ; Les rivières pourpres 2). C’était en janvier 2004. Trois ans après, force est de constater qu’il a amplement réussi son pari. Sa Môme est à la mesure de son héroïne : immense. La raison en est aussi simple qu’audacieuse. Plutôt qu’une biographie sage, chronologique comme un chemin de croix ponctué de stations incontournables, Dahan a choisi de faire un film bouillonnant, flamboyant, parfois même onirique. En mélangeant les époques, en réinterprétant certains épisodes trop connus de la vie de la chanteuse, sans jamais appuyer les détails, le réalisateur brosse le surprenant et déchirant portrait d’une artiste que l’on croyait connaître. Son entreprise repose sur une comédienne, Marion Cotillard, tout simplement géniale. Au-delà de la ressemblance, de la gestuelle, de la qualité de ses play-back, de son travail sur la voix, il y a son regard. Vaste, intense, enfantin, dans lequel on peut lire, en une fraction de seconde, toute la joie ou toute la misère du monde. Ce dont Piaf était faite. À tous les âges où elle l’incarne, que ce soit la Môme, jeune chanteuse de rue, Édith la femme amoureuse de Marcel Cerdan, ou Piaf la star prête à mourir sur scène, Marion Cotillard est exceptionnelle. Elle est, de plus, entourée par un casting de comédiens magnifiques, qui donnent tous l’impression d’être réellement face à la Môme.

Video (en castellà) : http://www.sensacine.com/peliculas/pelicula-59578/trailer-19374742/

DILLUNS 10 DE DESEMBRE A LES 20.00 h

 

INCENDIES de Denis Villeneuve

Amb: Lubna Azabal, Mélissa Désormeaux-Poulin, Maxim Gaudette, Rémy Girard

SINOPSIS: Quan el notari Lebel llegeix als bessons Jeanne i Simon el testament de la seva mare Nawal, se sorprenen perquè els fa entrega d’un sobre per al pare que creien mort; i un altre per a un germà del qual no sabien res… a l’Orient Mitjà, segueixen la pista d’una Nawal molt allunyada de la mare que han conegut.

CRÍTICA: El començament d’aquest contundent relat sobre la guerra, la memòria i el passat, ens situa en una filera de nens. En silenci, la càmera avança sobre ells, veiem uns rostres seriosos, mancats d’innocència, viscuts en els horrors de la guerra. Incendies ens parla dels de la pèrdua de la innocència, de com les guerres no s’acaben quan s’aconsegueix escapar d’elles i com aquestes situacions al límit continuen assetjant tots aquells que les van patir i que no podran oblidar-les.

Aquesta memòria que ens condemna nosaltres mateixos és un dels puntals del film, la història del qual Denis Villeneuve va trobar en una obra de teatre, un relat que l’impactà i que havia de portar al cinema. El seu film, comença a l’actualitat, al Canadà, amb la mort d’una dona que dóna unes cartes als seus fills i els informa que les han de donar al seu pare, al qual donaven per mort, i a un germà l’existència del qual desconeixien. A partir d’aquest moment, els germans emprenen un viatge al passat de la seva mare i a la recerca d’aquelles persones que formen part d’ells mateixos.

Un dels grans encerts d’aquesta història és obviar les dades cronològiques i geogràfiques per situar-nos en una universalitat que desgraciadament es fa vàlida ara i sempre. La pel·lícula està estructurada a l’estil d’una tragèdia grega clàssica, on la família juga un rol fonamental, com a eix destruït per la guerra, i on els seus components aniran coneixent la seva pròpia veritat per a ser conscients de la seva identitat, d’on vénen, qui són i, a partir d’ara, cap a on aniran.

SYNOPSIS : À la lecture du testament de leur mère, Jeanne et Simon Marwan se voient remettre deux enveloppes : l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort et l‘autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. Jeanne voit dans cet énigmatique legs la clé du silence de sa mère, enfermée dans un mutisme inexpliqué les dernières semaines précédant sa mort. Elle décide immédiatement de partir au Moyen Orient exhumer le passé de cette famille dont elle ne sait presque rien… Simon, lui, n’a que faire des caprices posthumes de cette mère qui s’est toujours montrée distante. Mais son amour pour sa sœur jumelle le poussera à sillonner avec elle le pays de leurs ancêtres sur la piste d’une mère finalement méconnue. D’après la pièce éponyme de Wajdi Mouawad.

CRITIQUE : « Pour résoudre une équation, il est inutile de commencer par vouloir déterminer les inconnues. » Venue chercher de l’aide auprès du professeur de mathématiques dont elle est l’assistante, Jeanne n’obtient que ce conseil sibyllin. Quelques heures plut tôt, devant le notaire, à la lecture du testament de leur mère, Jeanne et Simon, son frère jumeau, se sont vu remettre deux enveloppes, l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort avant leur arrivée au Canada, l’autre à un frère dont ils ignoraient jusqu’à l’existence. Pour déchiffrer cette énigme à deux inconnus, leur mère Nawal, finalement emportée par la tristesse qui la rongeait depuis des années, ne leur a laissé qu’un vieux passeport, un crucifix et une photo d’elle, jeune, avec une inscription en arabe à l’arrière-plan. Simon refuse, dans un premier temps, cet héritage effrayant, et laisse sa soeur partir seule au Moyen-Orient pour tenter de percer à jour les douloureux secrets de famille.

Le Québécois Denis Villeneuve a transformé la pièce de son compatriote Wajdi Mouawad en une enquête tendue à l’extrême, où le destin de Nawal, mère donc, mais aussi terroriste et prisonnière de guerre, s’éclaire au gré de retours en arrière à la violence fulgurante. Le pays en question n’est jamais nommé, pour mieux brouiller les pistes et les cartes, et conférer une puissance quasi mythologique au récit. On devine qu’il s’agit du Liban, mais les mêmes crimes ne se répètent-ils pas en Palestine ou en Irak ? De la scène à l’écran, les longs monologues poétiques deviennent des moments bruts, intenses. Comme cette scène où des enfants sont les cibles d’un sniper dont on constate, à la fin, qu’il est à peine plus âgé qu’eux…

Le spectateur évolue ainsi à vue, sans jamais avoir d’avance sur les jumeaux, contraint, comme eux, d’encaisser les révélations au fur et à mesure, de démêler sans cesse le vrai du faux. « A qui appartient cette armée ? » demande, telle une longue plainte lancinante, la chanson de Radiohead (You and whose army) sur des images ­d’orphelins fraîchement tondus et promis à devenir ennemis les uns des autres, selon le clan, chrétien ou musulman, qui les enrôlera en premier. Qui sont les victimes, qui sont les bourreaux ? Telle est la question que pose ce film de guerre implacable comme une tragédie grecque.

Video (en francès): http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19183990&cfilm=179349.html

DILLUNS 17 DE DESEMBRE A LES 20.00 h

 

 

Les petits ruisseaux de Pascal Rabaté

Amb: Daniel Prévost, Bulle Ogier i Philippe Nahon

 

SINOPSIS: Émile, jubilat i vidu, passa els seus dies tranquils amb sortides de pesca puntuals a les ribes del Loira i amb les discussions entre companys al bar del poble. D’altra banda, el seu amic Edmond, un altre solitari, no s’oblida de mantenir-se viu i multiplica els encontres amorosos. Quan aquest darrer mor, Émile es troba cara a cara amb sí mateix, cara a cara amb desitjos que creia oblidats.

CRÍTICA: Ja tocava tornar a veure Daniel Prévost a la gran pantalla, i en aquest cas en un paper més humà i menys esbojarrat de l’habitual. Pascal Rabaté, que s’estrena com a director traslladant al cinema una de les seves novel·les gràfiques, ens porta aquí una història autèntica, simple i humana.

Amb un to fresc i lleuger, un aspecte a destacar de la història d’Émile és la noció d’esperança que se’n desprèn. Un septuagenari, vidu i sense amics (o gairebé), es regala una segona joventut, conscient que la mort s’acosta. Se’ns expliquen, doncs, les seves quotidianitats, els seus desitjos. D’una sortida de pesca a una cita amorosa, passant per un enterrament i alguna que altra discussió… aquest és un retrat alhora social i humà.

I és que Rabaté ens porta de la petita història a la universal. De fet, no podem negar que la vida d’Émile i el seu cotxe elèctric, és sens dubte allò amb el que un dia o altre tots ens haurem de confrontar. Alguns n’haurien fet una tragèdia, però aquest director ens proposa un film amable i d’una infinita tendresa.

SYNOPSIS : Émile, retraité et veuf, coule des jours paisibles ponctués par des parties de pêche sur les bords de Loire et les discussions avec les copains au bar du village. Pendant ce temps, son camarade Edmond, lui aussi vieux gars solitaire, n’oublie pas de rester vivant et multiplie les rencontres amoureuses en toute discrétion. Quand ce dernier meurt, Émile se retrouve face à lui même, face à des envies et des désirs qu’il croyait oubliés.

CRITIQUE : Après Riad Sattouf – Les Beaux Gosses – et Joann Sfar – Gainsbourg (vie héroïque) -, Pascal Rabaté adapte fidèlement, parfois jusqu’au « copier-coller », Les Petits Ruisseaux, sa BD parue en 2006. Emile, veuf septuagénaire (Daniel Prévost, toujours juste), occupe sa retraite entre les parties de pêche sur les bords de Loire et les apéros avec les copains. Un jour, son vieil ami Edmond lui révèle qu’il rencontre des femmes de son âge par petites annonces, et pas seulement pour un thé dansant. A la mort d’Edmond, Emile se souvient à son tour qu’il a un corps, fût-il flétri. Et qu’il peut encore éprouver du désir…

A rebours de l’onirisme et des extravagances formelles d’un Joann Sfar, Rabaté opte pour une mise en scène « ligne claire », modeste et naturaliste. Au risque de paraître quelconque… Le récit, si touchant sur le papier, souffre parfois du passage à l’écran : les scènes au bistrot ressemblent à un mauvais sketch de Groland, le jeu outré de Philippe Nahon transforme le personnage d’Edmond en beauf, et la rencontre avec une communauté de néo-babas (déjà peu convaincante dans l’album) devient risible. Le film garde pourtant un vrai charme buissonnier, au rythme paisible des virées d’Emile dans sa drôle de voiturette électrique. La représentation de la sexualité des seniors ne tombe jamais dans le graveleux ou le ridicule. Et Rabaté réussit de jolies scènes sur la solitude du troisième âge, à l’image du bal où Emile se retrouve l’objet de tous les regards. Et pour cause : il est le seul homme de l’assistance…

Video (en francès): http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19116050&cfilm=170405.html

Anuncis

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s