DILLUNS DE CINEMA EN VOS, dilluns 11 de novembre : LE PACTE DES LOUPS

Dilluns 11 de novembre a les 20h, entrada gratuïta, en el marc de l’exposició de XAVIER ORIACH amb la col·laboració Museu d’Art de Sabadell

LE PACTE DE LOUPS de Christophe Gans

le pacte des loups-6

Amb: Samuel Le Bihan, Vincent Cassel, Emilie Dequenne, Monica Bellucci, Jeremie Renier

 

Sinopsis: Francia, siglo XVIII. Una monstruosa criatura devora salvajemente a los habitantes de un pueblo francés. Recién llegado de América, Grégoire de Fronsac recibe el encargo del rey Luis XV de encontrar a la fiera. Grégorie y su misterioso hermano de sangre, un indio llamado Mani, intentan descubrir qué hay detrás de estos sangrientos sucesos.

le pacte des loups-3

Synopsis : En 1766, une bête mystérieuse sévit dans les montagnes du Gévaudan et fait de nombreuses victimes, sans que quiconque puisse l’identifier ou la tuer. Les gens ont peur. C’est un monstre surgi de l’enfer ou une punition de Dieu. L’affaire prend rapidement une dimension nationale et porte atteinte à l’autorité du Roi. Le chevalier Grégoire De Fronsac, naturaliste de surcroît, est alors envoyé dans la région du Gévaudan pour dresser le portrait de la bête. Bel esprit, frivole et rationnel, il est accompagné de l’étrange et taciturne Mani, un indien de la tribu des Mohawks. Ces derniers s’installent chez le Marquis Thomas d’Apcher. Au cours d’une soirée donnée en son honneur, Fronsac fait la connaissance de Marianne De Morangias ainsi que de son frère Jean-François, héritiers de la plus influente famille du pays. Fronsac se heurte bientôt à l’animosité des personnages influents de la région.

le pacte des loups-7

Critica: “El pacto de los lobos” es una ventana a la mente de director. Christophe Gans fue crítico de la revista fantástica francesa “Starfix” (en la que escribieron también posteriores realizadores como Olivier Assayas o Matthieu Kassovitz), en la cual se daban cita el gusto por el cine de terror, la serie B, las películas de artes marciales, el wuxia y la figura de Tsui Hark. Por ello, el film del francés Gans significa diversión, aventura, folletín clásico y mucho más; eso sí, un manjar no apto para todos los paladares.

le pacte des loups-5

Critique : Aux antipodes du film intimiste, Le Pacte des loups est pourtant un film intime, dans lequel Christophe Gans se livre autant, sinon plus, que dans une autobiographie filmée ou un journal intime.

Trop délirant, trop fantasmatique pour répondre aux critères du bon goût et de la raison, Le Pacte des loups offre le reflet exact d’une énorme machinerie mise au service d’un rêve fiévreux de cinéphile pas très loin de l’adolescence, dont l’amour du cinéma populaire aurait accouché d’un film proliférant, généreux, naïf, véritable hymne au métissage.

Débordant de sensations visuelles, le film laisse littéralement pantois lorsqu’il s’engage sur les chemins de l’action pure et des combats chorégraphiques. Les maladresses du scénario, parfois trop explicatif, ne doivent pas occulter les audaces de la narration, qui regorge de pistes potentielles, de ramifications souvent inexploitées, mais qui donnent au film un goût d’interactivité.

Gans a aussi eu la bonne idée de développer le personnage magnifique de Mani (Mark Dacascos), l’Indien mohawk tout droit sorti d’un western antiraciste de Delmer Daves, qui symbolise les valeurs défendues par le réalisateur (l’étranger, les cultures lointaines, l’irrationnel) et offre au film ses scènes les plus poétiques. Quant aux dernières images, elles sont chargées d’une mélancolie non feinte.

Le Pacte des loups est raconté par un personnage narrateur (Jérémie Rénier/Jacques Perrin) souvent en retrait dans le film, qui vit l’aventure du héros, Grégoire de Fronsac (Samuel Le Bihan) par procuration. Dans l’épilogue, il va mentir au public ­ et à lui-même ­ en inventant une fin heureuse qui réunit les deux amoureux, alors qu’il en a été, hélas, tout autrement. On peut y voir la métaphore du rapport de Gans au cinéma, avec d’une part un devoir d’admiration qui l’oblige presque à se dissimuler derrière des images qui ne lui appartiennent pas (le besoin convulsif et ludique de la citation), d’autre part un désir généreux et sincère de réconcilier tous les cinémas, toutes les images, passées et futures.

Advertisements

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s