EXPOSICIÓ “Homenatge Rémi Ochlik_ Primaveres àrabs 2011”

del DIMARTS 5 DE FEBRER al DISSABTE 9 DE MARÇ 2013

6

Exposició sobre fotoperiodisme

Homenatge Rémi Ochlik_ Primaveres àrabs 2011

comissariat per Jean-François Leroy i Arnaud Brunet, i organitzada i produïda per Alliance Française Sabadell, Institut Français de Barcelona i Visa pour l’Image.

Una exposició de 54 de les seves fotografies, realitzades durant les primaveres àrabs (Tunísia, Egipte, Líbia i Síria), un a Rémi Ochlik i a tota la professió de la societat civil catalana a la valentia i al talent del jove periodista francès.

4

Rémi Ochlik va néixer a l’est de França el 1983. Després de graduar-se  a l’escola secundària, es va traslladar a París per estudiar fotografia a l’escola Icart-photo, i va començar a treballar per l’agència de fotografia Wostok.

L’any 2004, als seus 20 anys, va viatjar a Haití per fotografiar els disturbis al voltant de la caiguda del president Jean-Bertrand Aristide. Per Rémi, era la seva primera experiència d’un conflicte armat.

3

L’obra resultant va ser guardonada amb el Premi François Chalais per a Joves Reporters i es va presentar al Festival Visa pour l’Image Internacional de Fotoperiodisme.

El 2005 Rémi va fundar la seva pròpia agència de fotografia, PREMSA IP3, amb la intenció de cobrir les notícies a París i conflictes a tot el món.

El 2011, Rémi fotografiava les revolucions de Tunísia i Egipte i l’aixecament i la guerra a Líbia. Els seus treballs han estat publicats a Le Monde Magazine, VSD, Paris Match, Time i The Wall Street Journal. Fou assassinat a Homs, Síria, el 22 de febrer de 2012. Tenia 28 anys.

2

ELS DILLUNS DE CINEMA EN VOS · 4 DE FEBRER

DILLUNS 4 DE FEBRER A LES 20.00 h

LE CHAT DU RABBIN de Joann Sfar i Antoine Delesvaux (2011)

dilluns 4 febrer 2013

Amb les veus de: François Morel, Maurice Bénichou, Hafsia Herzi i Mathieu Amalric – 1h40

Sinopsis: Alger, anys 20. El rabí Sfar viu amb la seva filla, un lloro i un gat trapella que es menja el lloro i comença a parlar per no dir més que mentides. El rabí el vol allunyar, però el gat està disposat a tot per restar al costat de la seva mestressa… fins i tot a fer la seva Bar Mitsva!

le-chat-du-rabbin-image-2

Crítica: Premiat a Annency i amb el Cèsar al millor llarg d’animació, Le chat du rabbin adapta lliurement una novel·la gràfica de Joann Sfar, que ha canviat el paper per la gran pantalla. Colorit, fresc i impertinent, és un conte filosòfic tan divertit que la novel·la es va traduir a 15 llengües i va vendre més d’un milió d’exemplars. Després dels contes de La Fontaine, tenim clar que quan els homes no gosen parlar, els animals prenen el relleu, i aquest gat no té pèls a la llengua!

le-chat-du-rabbin-image-1

Amb una barreja admirable de religió, amor i humor sota la forma d’un gat tan xerraire com impertinent, van sorgint les reflexions contra la bestialitat humana i l’èmfasi en aquelles coses que compartim. En paraules del director, “el que m’ha sorprès, és que molts religiosos han vingut a veure el film i han rigut pels descosits! Estic content que hagin comprès que riem amb ells, no contra ells. Només l’humor no arreglarà tots els problemes, però deixar constància d’allò que tenim de comú, és sempre un bon inici”.

le-chat-du-rabbin-image-0

Synopsis : Alger, années 1920. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya, un perroquet bruyant et un chat espiègle qui dévore le perroquet et se met à parler pour ne dire que des ensonges. Le rabbin veut l’éloigner. Mais le chat, fou amoureux de sa petite maîtresse, est prêt à tout pour rester auprès d’elle… même à faire sa bar mitsva ! Le rabbin devra enseigner à son chat les rudiments de loi mosaïque !

le-chat-du-rabbin-image-3

Critique : Un chat qui parle ? Non pas l’animal anthropomorphe des cartoons façon Walt Disney, mais un matou philosophe qui, avant d’acquérir la parole, a appris à lire et réfléchir sur les ­genoux de son maître, paisible rabbin dans l’Algérie des années 1920.

Un chat qui pense, goûtant la rhétorique et l’exégèse enseignées par l’étude du Talmud. Et surtout un chat qui juge, parfois sans indulgence, les adultes qui l’entourent, tour à tour colons crétins ou religieux intolérants…

le-chat-du-rabbin-image-4

Best-seller en librairie – cinq aventures depuis 2002, neuf cent mille exemplaires vendus -, Le Chat du rabbin, qui fit de Joann Sfar le chef de file d’une « nouvelle bande dessinée » française, s’anime sur grand écran. C’est le deuxième film de l’auteur de Gainsbourg (vie héroïque), coréalisé avec un spécialiste de l’animation, Antoine Delesvaux. L’animation, justement, est douce et fluide : le crayonné pagailleux de Sfar, son goût pour des cases bien remplies, laisse place à une image nettement plus « ligne claire », sans pour autant chercher le réalisme (à l’image de la 3D, qui superpose joliment les à-plats, façon conte oriental).

Dans des décors mordorés (belle ouverture sur le port d’Alger) s’agitent des personnages hauts en couleur : le rabbin Sfar, homonyme de l’auteur, sa jolie fille Zlabya, un peintre russe qui a fui les pogroms, un cheikh musulman plein de sagesse… Tous cohabitent, quelle que soit la confession de chacun, témoignant d’une douceur de vivre, d’un monde où la parole, gage de sagesse, suffirait à résoudre les conflits.

Le scénario réunit les deux premiers et le dernier album de la BD. D’abord une chronique souriante de la vie algéroise : « révélation » vocale du chat, qui réclame de faire sa bar-mitsva (question de cours rabbinique : le félin bavard d’un juif est-il juif ?) ; épreuve officielle à laquelle se soumet son maître pour garder son rabbinat ; arrivée tonitruante du cousin Malka, légende de l’Atlas, flanqué de son très gros chat – un lion. Ensuite, l’aventure : la traversée de l’Afrique en autochenille à la recherche d’un mythe, la Jérusalem miraculeusement préservée des Falashas d’Ethiopie. Cette terre d’asile existe-t-elle seulement ?

C’est par le son que le film s’impose. Musique qui mêle rythmes klezmers et inspira-tion arabo-andalouse, et surtout ­casting vocal de tout premier ordre : on ne lira plus les aventures du chat raisonneur sans entendre le timbre faussement naïf de François Morel ; son maître rabbin est interprété par Maurice Bénichou, dont le léger accent pied-noir est synonyme de douceur et de fatalisme. La jeune Hafsia Herzi donne joie et sensualité au personnage de Zlabya. Les autres voix, de Fellag à Jean-Pierre Kalfon, en passant par Mathieu Amalric en prince nomade, sont à l’unisson.

Dans l’univers de Joann Sfar, l’humour mordant le dispute à la philanthropie. Ainsi, la seconde partie du film est-elle un savoureux voyage initiatique, un apprentissage de la différence, fondé sur la curiosité de l’autre – où l’on croise d’ailleurs, au coeur de l’Afrique, un petit reporter belge bien borné, lui. Il s’agit d’une quête, d’une fable, et ce n’est pas déflorer son dénouement qu’en dévoiler la morale : la clé du vivre-ensemble est en chacun de nous.

ELS DILLUNS DEL CINEMA en VOS • PROGRAMA DEL MES DE FEBRER

DILLUNS 4 DE FEBRER A LES 20.00 h

LE CHAT DU RABBIN de Joann Sfar i Antoine Delesvaux

Amb les veus de: François Morel, Maurice Bénichou, Hafsia Herzi i Mathieu Amalric

Alger, anys 20. El rabí Sfar viu amb la seva filla, un lloro i un gat trapella que es menja el lloro i comença a parlar per no dir més que mentides. El rabí el vol allunyar, però el gat està disposat a tot per restar al costat de la seva mestressa… fins i tot a fer la seva Bar Mitsva!

Alger, années 1920. Le rabbin Sfar vit avec sa fille Zlabya, un perroquet bruyant et un chat espiègle qui dévore le perroquet et se met à parler pour ne dire que des mensonges. Le rabbin veut l’éloigner. Mais le chat, fou amoureux de sa petite maîtresse, est prêt à tout pour rester auprès d’elle… même à faire sa bar mitsva ! 

 DILLUNS 11 DE FEBRER A LES 20.00 h

LA FOLLE HISTOIRE D’AMOUR DE SIMON ESKENAZY de Jean-Jacques Zilbermann

Amb: Antoine de Caunes, Mehdi Dehbi i Judith Magre

Deu anys després de L’homme est une femme comme les autres, Simon Eskenazy ha esdevingut un gran intèrpret de música tradicional. Veu successivament apareixen sa mare, la seva ex-dona, el seu fill que ni tan sols ha vist i Naïm, un jove transvestit musulmà que canviarà la seva vida…

Dix ans après “L’Homme est une femme comme les autres”, Simon Eskenazy est devenu un grand interprète de musique traditionnelle juive. Il voit successivement débarquer sa mère envahissante, son ex-femme, son fils de 10 ans qu’il n’a jamais vu et Naïm, un jeune travesti musulman qui va changer sa vie…

DILLUNS 18 DE FEBRER A LES 20.00 h

8 FOIS DEBOUT de Xabi Molia

Amb: Julie Gayet, Denis Podalydès, Constance Dolle i Mathieu Busson

Elsa viu de petits treballs i busca u na feina de debò, per poder obtenir la custòdia del seu fill. Mathieu, el seu veí, encadena també les entrevistes de feina amb els fracassos. La seva situació és cada cop més precària, però tots dos s’esforcen per trobar el seu lloc en un món que no sembla fet per ells… “A la vuitena va la vençuda?”

Elsa vit de petits boulots et cherche à décrocher un véritable emploi, pour pouvoir obtenir la garde de son fils. Mathieu, son voisin de palier, enchaîne lui aussi les entretiens d’embauche avec un art consommé du ratage. Leur situation est de plus en plus précaire, mais tous deux s’efforcent de rebondir dans un monde qui ne semble pas fait pour eux : « Sept fois à terre, huit fois debout » ?

 DILLUNS 25 DE FEBRER A LES 20.00 h

COMPLICES de Frédéric Mermoud

Amb: Gilbert Melki, Emmanuelle Devos, Nina Meurisse i Cyril Descours

Vincent i Rebecca no tenen més que 18 anys i s’estimen amb passió. Tot i això, dos mesos després de trobar-se, el cos de Vincent és trobat al Roine, i Rebecca ha desaparegut. Mentre els inspectors encarregats del cas retroben el fil d’aquesta història d’amor, es confronten a les fallides de les seves pròpies vides.

Vincent et Rebecca ont à peine 18 ans et s’aiment avec passion et insouciance. Pourtant, deux mois après leur rencontre, le corps de Vincent est repêché dans le Rhône et Rebecca a disparu. L’inspecteur Hervé Cagan et sa coéquipière Karine Mangin enquêtent. Alors qu’ils remontent le fil de l’histoire d’amour qui liait les deux amants, ils se retrouvent confrontés aux failles de leurs propres vies.

DILLUNS DE CINEMA EN VOS · 7 DE GENER

DILLUNS 7 DE GENER A LES 8 DEL VESPRE, ENTRADA LLIURE, AFORAMENT LIMITAT

les-demoiselles-de-rochefort-poster

LES DEMOISELLES DE ROCHEFORT (1967) de Jacques Demy – 2h00

Amb: Catherine Deneuve, Françoise Dorléac, Gene Kelly, George Chakiris, Jacques Perrin, Danielle Darrieux

Sinopsis: Dos germanes, una professora de música i l’altra de dansa, viuen en la petita població de Rochefort i somien amb anar a la capital i trobar un gran amor…

les-demoiselles-de-rochefort-image-0

Crítica: En aquest film signat per Jacques Demy, ens trobem amb una de les millors comèdies musicals de la història del cinema, un desplegament dels jocs de l’amor i l’atzar que donen testimoni de l’expertesa artística i tècnica a nivell cinematogràfic com a nivell musical, amb les partitures de Michel Legrand. De fet, i contràriament al que sol passar a la comèdia musical hollywoodiana, en què la música il·lustra l’acció, ens trobem amb uns números musicals inserits en la trama de tal manera que són la raó de ser del film, de la vida dels seus personatges.

A través de la recerca d’èxit de Delphine i de Solange, Rochefort es converteix en un teatre on s’avenen encontres fortuïts, coincidències i malentesos amb una fila de personatges que ens obren els seus cors i ens canten els seus temors i esperances. La recerca de l’ideal femení per part del mariner, el botiguer desesperat per la dona de la seva vida… Diferents personatges en una comèdia joiosa, colorista i desperta magníficament interpretada per grans actors del cinema francès, com són Catherine Deneuve, Françoise Dorléac, Gene Kelly i Georges Chakiris.

les-demoiselles-de-rochefort-image-3

Synopsis : A Rochefort, tandis que des forains s’installent sur la place, deux soeurs jumelles, nées sous le signe des gémeaux, rêvent du grand amour… qui est bien plus près qu’elles ne le pensent.

Critique : Les soeurs Garnier sont deux jumelles de 25 ans : Solange enseigne le solfège, et Delphine, sa soeur jumelle, donne des cours de danse. Du plomb dans la cervelle, de la fantaisie à gogo, elles attendent le grand amour. Comme Maxence, le peintre marin, Andrew Miller, le compositeur américain, Simon Dame, le marchand de musique, et Yvonne, leur mère, qui tient un café sur la grand-place de Rochefort.

Dès la première image, Jacques Demy indique le chemin du paradis : pour accoster sur l’île aux trésors nommée Rochefort, montez à bord du pont transbordeur, et laissez-vous glisser dans l’air iodé. Votre vie en sera transformée. Regardez les effets du voyage sur le cortège de motards qui ouvre la route, dans le générique. Debout sur ce téléphérique des mers, chacun s’étire, pour s’extirper d’un sommeil léthargique. Et, petit à petit, les bâillements disparaissent sous les sourires, les craquements de jambes deviennent entrechats, les moteurs vrombissant se taisent au son du piano guilleret.



les-demoiselles-de-rochefort-image-5

A partir d’une trame élémentaire (la recherche de l’âme soeur), Jacques Demy a su créer un univers unique, à mi-chemin entre ses souvenirs de provincial rêveur et l’imaginaire des contes de fées. En sortant d’un tel film, vous risquez de danser sur les trottoirs, de chanter au nez des passants et de parler en alexandrins avec le plus grand naturel!

Video (en francès): http://xurl.es/rochefort

DILLUNS DE CINEMA EN VOS, LES PETITS RUISSEAUX 17 DE DESEMBRE

DILLUNS 17 DE DESEMBRE A LES 20.00 h

 

les petits ruisseaux 

Les petits ruisseaux de Pascal Rabaté

Amb: Daniel Prévost, Bulle Ogier i Philippe Nahon

 

SINOPSIS: Émile, jubilat i vidu, passa els seus dies tranquils amb sortides de pesca puntuals a les ribes del Loira i amb les discussions entre companys al bar del poble. D’altra banda, el seu amic Edmond, un altre solitari, no s’oblida de mantenir-se viu i multiplica els encontres amorosos. Quan aquest darrer mor, Émile es troba cara a cara amb sí mateix, cara a cara amb desitjos que creia oblidats.

CRÍTICA: Ja tocava tornar a veure Daniel Prévost a la gran pantalla, i en aquest cas en un paper més humà i menys esbojarrat de l’habitual. Pascal Rabaté, que s’estrena com a director traslladant al cinema una de les seves novel·les gràfiques, ens porta aquí una història autèntica, simple i humana.

Amb un to fresc i lleuger, un aspecte a destacar de la història d’Émile és la noció d’esperança que se’n desprèn. Un septuagenari, vidu i sense amics (o gairebé), es regala una segona joventut, conscient que la mort s’acosta. Se’ns expliquen, doncs, les seves quotidianitats, els seus desitjos. D’una sortida de pesca a una cita amorosa, passant per un enterrament i alguna que altra discussió… aquest és un retrat alhora social i humà.

I és que Rabaté ens porta de la petita història a la universal. De fet, no podem negar que la vida d’Émile i el seu cotxe elèctric, és sens dubte allò amb el que un dia o altre tots ens haurem de confrontar. Alguns n’haurien fet una tragèdia, però aquest director ens proposa un film amable i d’una infinita tendresa.

SYNOPSIS : Émile, retraité et veuf, coule des jours paisibles ponctués par des parties de pêche sur les bords de Loire et les discussions avec les copains au bar du village. Pendant ce temps, son camarade Edmond, lui aussi vieux gars solitaire, n’oublie pas de rester vivant et multiplie les rencontres amoureuses en toute discrétion. Quand ce dernier meurt, Émile se retrouve face à lui même, face à des envies et des désirs qu’il croyait oubliés.

CRITIQUE : Après Riad Sattouf – Les Beaux Gosses – et Joann Sfar – Gainsbourg (vie héroïque) -, Pascal Rabaté adapte fidèlement, parfois jusqu’au « copier-coller », Les Petits Ruisseaux, sa BD parue en 2006. Emile, veuf septuagénaire (Daniel Prévost, toujours juste), occupe sa retraite entre les parties de pêche sur les bords de Loire et les apéros avec les copains. Un jour, son vieil ami Edmond lui révèle qu’il rencontre des femmes de son âge par petites annonces, et pas seulement pour un thé dansant. A la mort d’Edmond, Emile se souvient à son tour qu’il a un corps, fût-il flétri. Et qu’il peut encore éprouver du désir…

A rebours de l’onirisme et des extravagances formelles d’un Joann Sfar, Rabaté opte pour une mise en scène « ligne claire », modeste et naturaliste. Au risque de paraître quelconque… Le récit, si touchant sur le papier, souffre parfois du passage à l’écran : les scènes au bistrot ressemblent à un mauvais sketch de Groland, le jeu outré de Philippe Nahon transforme le personnage d’Edmond en beauf, et la rencontre avec une communauté de néo-babas (déjà peu convaincante dans l’album) devient risible. Le film garde pourtant un vrai charme buissonnier, au rythme paisible des virées d’Emile dans sa drôle de voiturette électrique. La représentation de la sexualité des seniors ne tombe jamais dans le graveleux ou le ridicule. Et Rabaté réussit de jolies scènes sur la solitude du troisième âge, à l’image du bal où Emile se retrouve l’objet de tous les regards. Et pour cause : il est le seul homme de l’assistance…

Video (en francès): http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19116050&cfilm=170405.html

DILLUNS DE CINEMA EN VOS·DESEMBRE 2012


DILLUNS 3 DE DESEMBRE A LES 20.00 h

 


La môme d’Olivier Dahan

Amb: Marion Cotillard, Sylvie Testud i Pascal Greggory

 SINOPSIS: Des de la infància a la glòria, des de les victòries a les ferides (la mort del seu amant Marcel Cerdan) de Belleville à Nova York, l’excepcional trajecte d’Edith Piaf. A través d’un destí més increïble que una novel·la, descobriu l’ànima d’una artista i el cor d’una dona… en aquest film que va guanyar Cèsar i Òscar a la millor actriu per a Marion Cotillard.

CRÍTICA: Aquest biopic de “La Môme”, d’Edith Piaf, ens proposa trobar-nos amb un mite, una icona que va marcar el món de la cançó contemporània. La seva força de convicció, la seva fe en l’amor i en la cançó… De costat de la Piaf en decadència (lliurada als excessos, alcohòlica i toxicòmana), trobem la Piaf que estima, a l’ésser humà.

El film d’Olivier Dahan va i ve, saltant-se la cronologia per a mostrar-nos alguns flaixos d’aquest retrat, una visió dels moments que van compondre aquesta vida i que toquen el cor i les entranyes de l’espectador, tot dibuixant un ambient, una silueta d’aquesta gran de la cançó.

Comptant amb la veu autèntica de Piaf en les melodies, ens trobem alhora una interpretació fabulosa de Marion Cotillard, que li va suposar el premi Cèsar i l’Òscar a la millor actriu. Cotillard s’ofereix en cos i ànima a l’hora d’encarnar Piaf i, no contentant-se amb assemblar-s’hi, ens transporta a través de les paraules, dels gestos i fins i tot dels trets físics fins al més profund de les decepcions i la bogeria que acompanyaren els moments de solitud absoluta.

SYNOPSIS : De son enfance à la gloire, de ses victoires à ses blessures (la mort de son amant Marcel Cerdan), de Belleville à New York, l’exceptionnel parcours d’Edith Piaf. A travers un destin plus incroyable qu’un roman, découvrez l’âme d’une artiste et le coeur d’une femme… César et oscar de la meilleure actrice pour Marion Cotillard.

CRITIQUE : “Un grand film d’amour, musical, populaire, tragique et romanesque. Un sujet français, un film international, un grand film sur Piaf.” C’est en ces quelques mots qu’Olivier Dahan a vendu La Môme à son producteur, Ilan Goldman (1492, Christophe Colomb ; Les rivières pourpres 2). C’était en janvier 2004. Trois ans après, force est de constater qu’il a amplement réussi son pari. Sa Môme est à la mesure de son héroïne : immense. La raison en est aussi simple qu’audacieuse. Plutôt qu’une biographie sage, chronologique comme un chemin de croix ponctué de stations incontournables, Dahan a choisi de faire un film bouillonnant, flamboyant, parfois même onirique. En mélangeant les époques, en réinterprétant certains épisodes trop connus de la vie de la chanteuse, sans jamais appuyer les détails, le réalisateur brosse le surprenant et déchirant portrait d’une artiste que l’on croyait connaître. Son entreprise repose sur une comédienne, Marion Cotillard, tout simplement géniale. Au-delà de la ressemblance, de la gestuelle, de la qualité de ses play-back, de son travail sur la voix, il y a son regard. Vaste, intense, enfantin, dans lequel on peut lire, en une fraction de seconde, toute la joie ou toute la misère du monde. Ce dont Piaf était faite. À tous les âges où elle l’incarne, que ce soit la Môme, jeune chanteuse de rue, Édith la femme amoureuse de Marcel Cerdan, ou Piaf la star prête à mourir sur scène, Marion Cotillard est exceptionnelle. Elle est, de plus, entourée par un casting de comédiens magnifiques, qui donnent tous l’impression d’être réellement face à la Môme.

Video (en castellà) : http://www.sensacine.com/peliculas/pelicula-59578/trailer-19374742/

DILLUNS 10 DE DESEMBRE A LES 20.00 h

 

INCENDIES de Denis Villeneuve

Amb: Lubna Azabal, Mélissa Désormeaux-Poulin, Maxim Gaudette, Rémy Girard

SINOPSIS: Quan el notari Lebel llegeix als bessons Jeanne i Simon el testament de la seva mare Nawal, se sorprenen perquè els fa entrega d’un sobre per al pare que creien mort; i un altre per a un germà del qual no sabien res… a l’Orient Mitjà, segueixen la pista d’una Nawal molt allunyada de la mare que han conegut.

CRÍTICA: El començament d’aquest contundent relat sobre la guerra, la memòria i el passat, ens situa en una filera de nens. En silenci, la càmera avança sobre ells, veiem uns rostres seriosos, mancats d’innocència, viscuts en els horrors de la guerra. Incendies ens parla dels de la pèrdua de la innocència, de com les guerres no s’acaben quan s’aconsegueix escapar d’elles i com aquestes situacions al límit continuen assetjant tots aquells que les van patir i que no podran oblidar-les.

Aquesta memòria que ens condemna nosaltres mateixos és un dels puntals del film, la història del qual Denis Villeneuve va trobar en una obra de teatre, un relat que l’impactà i que havia de portar al cinema. El seu film, comença a l’actualitat, al Canadà, amb la mort d’una dona que dóna unes cartes als seus fills i els informa que les han de donar al seu pare, al qual donaven per mort, i a un germà l’existència del qual desconeixien. A partir d’aquest moment, els germans emprenen un viatge al passat de la seva mare i a la recerca d’aquelles persones que formen part d’ells mateixos.

Un dels grans encerts d’aquesta història és obviar les dades cronològiques i geogràfiques per situar-nos en una universalitat que desgraciadament es fa vàlida ara i sempre. La pel·lícula està estructurada a l’estil d’una tragèdia grega clàssica, on la família juga un rol fonamental, com a eix destruït per la guerra, i on els seus components aniran coneixent la seva pròpia veritat per a ser conscients de la seva identitat, d’on vénen, qui són i, a partir d’ara, cap a on aniran.

SYNOPSIS : À la lecture du testament de leur mère, Jeanne et Simon Marwan se voient remettre deux enveloppes : l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort et l‘autre à un frère dont ils ignoraient l’existence. Jeanne voit dans cet énigmatique legs la clé du silence de sa mère, enfermée dans un mutisme inexpliqué les dernières semaines précédant sa mort. Elle décide immédiatement de partir au Moyen Orient exhumer le passé de cette famille dont elle ne sait presque rien… Simon, lui, n’a que faire des caprices posthumes de cette mère qui s’est toujours montrée distante. Mais son amour pour sa sœur jumelle le poussera à sillonner avec elle le pays de leurs ancêtres sur la piste d’une mère finalement méconnue. D’après la pièce éponyme de Wajdi Mouawad.

CRITIQUE : « Pour résoudre une équation, il est inutile de commencer par vouloir déterminer les inconnues. » Venue chercher de l’aide auprès du professeur de mathématiques dont elle est l’assistante, Jeanne n’obtient que ce conseil sibyllin. Quelques heures plut tôt, devant le notaire, à la lecture du testament de leur mère, Jeanne et Simon, son frère jumeau, se sont vu remettre deux enveloppes, l’une destinée à un père qu’ils croyaient mort avant leur arrivée au Canada, l’autre à un frère dont ils ignoraient jusqu’à l’existence. Pour déchiffrer cette énigme à deux inconnus, leur mère Nawal, finalement emportée par la tristesse qui la rongeait depuis des années, ne leur a laissé qu’un vieux passeport, un crucifix et une photo d’elle, jeune, avec une inscription en arabe à l’arrière-plan. Simon refuse, dans un premier temps, cet héritage effrayant, et laisse sa soeur partir seule au Moyen-Orient pour tenter de percer à jour les douloureux secrets de famille.

Le Québécois Denis Villeneuve a transformé la pièce de son compatriote Wajdi Mouawad en une enquête tendue à l’extrême, où le destin de Nawal, mère donc, mais aussi terroriste et prisonnière de guerre, s’éclaire au gré de retours en arrière à la violence fulgurante. Le pays en question n’est jamais nommé, pour mieux brouiller les pistes et les cartes, et conférer une puissance quasi mythologique au récit. On devine qu’il s’agit du Liban, mais les mêmes crimes ne se répètent-ils pas en Palestine ou en Irak ? De la scène à l’écran, les longs monologues poétiques deviennent des moments bruts, intenses. Comme cette scène où des enfants sont les cibles d’un sniper dont on constate, à la fin, qu’il est à peine plus âgé qu’eux…

Le spectateur évolue ainsi à vue, sans jamais avoir d’avance sur les jumeaux, contraint, comme eux, d’encaisser les révélations au fur et à mesure, de démêler sans cesse le vrai du faux. « A qui appartient cette armée ? » demande, telle une longue plainte lancinante, la chanson de Radiohead (You and whose army) sur des images ­d’orphelins fraîchement tondus et promis à devenir ennemis les uns des autres, selon le clan, chrétien ou musulman, qui les enrôlera en premier. Qui sont les victimes, qui sont les bourreaux ? Telle est la question que pose ce film de guerre implacable comme une tragédie grecque.

Video (en francès): http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19183990&cfilm=179349.html

DILLUNS 17 DE DESEMBRE A LES 20.00 h

 

 

Les petits ruisseaux de Pascal Rabaté

Amb: Daniel Prévost, Bulle Ogier i Philippe Nahon

 

SINOPSIS: Émile, jubilat i vidu, passa els seus dies tranquils amb sortides de pesca puntuals a les ribes del Loira i amb les discussions entre companys al bar del poble. D’altra banda, el seu amic Edmond, un altre solitari, no s’oblida de mantenir-se viu i multiplica els encontres amorosos. Quan aquest darrer mor, Émile es troba cara a cara amb sí mateix, cara a cara amb desitjos que creia oblidats.

CRÍTICA: Ja tocava tornar a veure Daniel Prévost a la gran pantalla, i en aquest cas en un paper més humà i menys esbojarrat de l’habitual. Pascal Rabaté, que s’estrena com a director traslladant al cinema una de les seves novel·les gràfiques, ens porta aquí una història autèntica, simple i humana.

Amb un to fresc i lleuger, un aspecte a destacar de la història d’Émile és la noció d’esperança que se’n desprèn. Un septuagenari, vidu i sense amics (o gairebé), es regala una segona joventut, conscient que la mort s’acosta. Se’ns expliquen, doncs, les seves quotidianitats, els seus desitjos. D’una sortida de pesca a una cita amorosa, passant per un enterrament i alguna que altra discussió… aquest és un retrat alhora social i humà.

I és que Rabaté ens porta de la petita història a la universal. De fet, no podem negar que la vida d’Émile i el seu cotxe elèctric, és sens dubte allò amb el que un dia o altre tots ens haurem de confrontar. Alguns n’haurien fet una tragèdia, però aquest director ens proposa un film amable i d’una infinita tendresa.

SYNOPSIS : Émile, retraité et veuf, coule des jours paisibles ponctués par des parties de pêche sur les bords de Loire et les discussions avec les copains au bar du village. Pendant ce temps, son camarade Edmond, lui aussi vieux gars solitaire, n’oublie pas de rester vivant et multiplie les rencontres amoureuses en toute discrétion. Quand ce dernier meurt, Émile se retrouve face à lui même, face à des envies et des désirs qu’il croyait oubliés.

CRITIQUE : Après Riad Sattouf – Les Beaux Gosses – et Joann Sfar – Gainsbourg (vie héroïque) -, Pascal Rabaté adapte fidèlement, parfois jusqu’au « copier-coller », Les Petits Ruisseaux, sa BD parue en 2006. Emile, veuf septuagénaire (Daniel Prévost, toujours juste), occupe sa retraite entre les parties de pêche sur les bords de Loire et les apéros avec les copains. Un jour, son vieil ami Edmond lui révèle qu’il rencontre des femmes de son âge par petites annonces, et pas seulement pour un thé dansant. A la mort d’Edmond, Emile se souvient à son tour qu’il a un corps, fût-il flétri. Et qu’il peut encore éprouver du désir…

A rebours de l’onirisme et des extravagances formelles d’un Joann Sfar, Rabaté opte pour une mise en scène « ligne claire », modeste et naturaliste. Au risque de paraître quelconque… Le récit, si touchant sur le papier, souffre parfois du passage à l’écran : les scènes au bistrot ressemblent à un mauvais sketch de Groland, le jeu outré de Philippe Nahon transforme le personnage d’Edmond en beauf, et la rencontre avec une communauté de néo-babas (déjà peu convaincante dans l’album) devient risible. Le film garde pourtant un vrai charme buissonnier, au rythme paisible des virées d’Emile dans sa drôle de voiturette électrique. La représentation de la sexualité des seniors ne tombe jamais dans le graveleux ou le ridicule. Et Rabaté réussit de jolies scènes sur la solitude du troisième âge, à l’image du bal où Emile se retrouve l’objet de tous les regards. Et pour cause : il est le seul homme de l’assistance…

Video (en francès): http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19116050&cfilm=170405.html

ELS DILLUNS DEL CINEMA en VOS

DILLUNS 26 DE NOVEMBRE A LES 8 DEL VESPRE, entrada lliure · aforament limitat

 DITES À MES AMIS QUE JE SUIS MORT de Nino Kirtadze – 1h27

Documental en georgià subtitulat en castellà

Sinopsis: A Geòrgia, el país de la recerca del Velló d’Or, els vius segueixen vivint amb els seus morts.

Aquesta pel·lícula, en cap cas sinistra, està dissenyada com una narrativa surrealista i pictòrica a través d’una sèrie d’escenes que ens parlen de la coexistència de dos móns estranys: el real i l’irreal, el dels vius i el dels morts.

Crítica: Ens trobem davant d’un documental àmpliament premiat, que enceta un diàleg entre la vida i la mort certament original. Ens trobem a Geòrgia: els morts i les seves pertinences formen part de la vida quotidiana, els cementiris es constitueixen com a lloc de rencontre, aquells que habiten el més enllà omplen el nostre temps de confidències i consells…

En aquesta situació, es comença a beure i menjar, a riure i plorar de manera abundant. Una exaltació d’allò excessiu, un discurs on el lligam entre vius i morts es manté i s’exacerba, es posa en escena. Sota la mirada d’una dona, Nino, veiem com la família del finat no resta mai sola: hi són presents els més pròxims, la ràdio, la televisió… tot sembla mesclar-se en un cert aire de mascarada, es confon la mort i el més enllà amb el real, que és objecte de metamorfosi. L’alegria de viure i el misteri de morir se’ns mostren inseparables, com si la vida celebrés la seva victòria sobre la mort.

Aquest film, relat surrealista i pictòric d’aquesta mescla entre l’interior i l’exterior, entre el dolor i l’exteriorització teatral d’aquest, ens explica l’estranya cohabitació de dos universos: el del real i el de l’irreal, el dels vius i el dels morts.

PREMIS:  Premi FIPA d’OR (Festival International des Programmes Audiovisuels, 2004), Premi Louis Marcorelles (Cinéma Réel, 2004)  |  Premi Brouillon d’un rêve (Société Civile des Auteurs de Multimédia, 2003)  |  Premi Mipdoc (Cannes, 2004)

Synopsis : En Géorgie, pays de quête de la Toison d’Or, les vivants continuent de vivre avec leurs morts.

Ce film, en aucun cas lugubre, est conçu comme un récit surréaliste et pictural aux travers d’une succession de tableaux qui nous racontent l’étrange cohabitation de deux univers : celui du réel et de l’irréel, celui des vivants et des morts.

Critique : En Géorgie, pays de quête de la Toison d’Or, les vivants continuent de vivre avec leurs morts. Les cimetières s’improvisent en lieux de rencontres, les morts en devins le temps d’une confidence ou d’un conseil.

Ils ne manquent de rien : téléphone portable et ordinateurs s’inscrivent dans le paysage funéraire comme la chose la plus naturelle du monde. Dans le discours et dans les actes, le lien entre les morts et les vivants est maintenu, magnifié, mis en scène. Durant l’enterrement, l’événement culminant, les vivants font preuve d’une surenchère ingénieuse et la cérémonie prend les airs d’une Commedia Dell’Arte. Tout y est exubérant, excessif. Les vivants se parent et entrent en scène. Des décors insolites et des portraits de plus en plus gigantesques sont déposés sur les tombes. Les inscriptions vont des épitaphes les plus délirants aux descriptions les plus terre à terre, puis viennent les solos des lamentations et les improvisations spectaculaires des pleureuses. La famille doit maintenir la tension et par-dessus tout surprendre : tout est fait pour les yeux et les oreilles. On ne sait jamais si ce que l’on voit traduit la douleur intérieure ou s’il s’agit d’une improvisation purement théâtrale.

Ce film, en aucun cas lugubre, est conçu comme un récit surréaliste et pictural aux travers d’une succession de tableaux qui nous racontent l’étrange cohabitation de deux univers : celui du réel et de l’irréel, celui des vivants et des morts.

 

RÉCOMPENSES : FIFA d’OR 2004: – Documentaire des créations et essais, Festival International des Programmes Audiovisuels, Biarritz 2004 ; Prix Louis Marcorelles: – Cinéma Réel, Paris 2004 – Bourse de la SCAM “Brouillon d’un rêve” 2003 – Mipdoc, Cannes, 2004 Docs making a difference Casy Study

DILLUNS DE CINEMA – FRENCH CANCAN

DILLUNS 12 DE NOVEMBRE A LES 8 DEL VESPRE, entrada lliure

                                                                        

FRENCH CANCAN de Jean Renoir – 1h37

Amb: Jean Gabin, Michel Piccoli,  Maria Felix, Gaston Modot i Françoise Arnoul

 

Sinopsis: La ballarina Lola comparteix els seus favors entre Danglard, propietari del”Paravent Chinois”, i Walter, patrocinador d’aquest cabaret. Lola s’enfada amb Danglard, perquè s’ha fixat en la jove bugadera Nini; Walter, furiós, s’endu el seu capital del cabaret. Tot i quedar arruïnat, Danglard decideix posaren marxa el French-Cancan al “Moulin Rouge”, comptant amb Nini com a ballarina principal, ara que s’ha convertit en la seva amant.

Crítica:French Cancan és una exquisida comèdia musical, que s’inspira lliurement per la biografia de Charles Zidler, un dels fundadors del Moulin Rouge, per tal d’explicar-nos la creació d’aquesta icona de la diversió de París, durant la Belle Époque, a finals del segle XIX. En aquest període històric marcat per l’optimisme i la fe en la ciència i la tecnologia, però també per l’imperialisme, es desenvolupa la història de Nini, una jove de classe treballadora que esdevindrà ballarina de cancan, i que evoca certes ressonàncies literàries com per exemple la Nana de Zola.

Amb un ampli recorregut per les diferents classes socials, de la burgesia a l’aristocràcia, passant per les capes més baixes de la societat, Jean Renoir ens mostra un gran ventall d’escenaris dotats d’una composició artística i de clara inspiració pictòrica: un clar homenatge a l’art impressionista, amb escenes directament extretes dels cartells de Toulouse-Lautrec, els quadres d’Edgar Degas i del propi pare del cineasta, Auguste Renoir.

Un film que suma comèdia, drama, musical i romanç, per tal de mostrar pinzellades de les intrigues i conflictes amorosos de les ballarines i pretendents. L’argument ens porta l’exaltació de la vida, el plaer, l’hedonisme i l’amistat, al mateix temps que permet explicar-ne la cara fosca, la misèria i la inconstància que segueixen a una vida dedicada a l’espectacle, sota una màxima reconeguda i revisitada per produccions més recents, com és el Moulin Rouge de Luhrmann… “L’espectacle ha de continuar!”

Synopsis : La danseuse Lola partage ses faveurs entre Danglard, propriétaire du « Paravent Chinois », et Walter, commanditaire de ce cabaret. Comme Lola fait une scène à Danglard qui a remarqué la jeune blanchisseuse Nini, Walter, furieux, reprend ses capitaux. Danglard ruiné décide cependant de lancer le French-Cancan au « Moulin-Rouge » avec, comme vedette, Nini qui est devenue sa maîtresse.

Critique : French Cancan est l’un des films les plus populaires de Jean Renoir. Lorsque Renoir tourne ce film au sujet bien français, il rentre d’un exil de 15 ans à l’étranger : États-UnisIndeItalie. Très librement inspiré de la biographie de Charles Zidler, l’un des fondateurs du Moulin RougeFrench Cancan est l’occasion pour Renoir de rendre hommage aux peintres Henri de Toulouse-Lautrec et Edgar Degas, qui font l’objet de nombreuses allusions visuelles, ainsi qu’à son propre père, Auguste Renoir.

Comme de nombreuses comédies musicales, French Cancan développe une « morale du spectacle » en apparence simple et efficace (le spectacle passe avant tout) mais qui n’est pas dénuée de cruauté : le film est en effet hanté par le personnage de Mimi Prunelle, une ancienne danseuse de cancan, autrefois reine de Paris, devenue mendiante, qui représente sans doute l’avenir de Nini et à qui personne ne veut vraiment prêter attention, sauf Nini, le jour où son amant Paulo lui demande de choisir entre la vie tranquille qu’il peut lui promettre et le monde du spectacle. L’inconstance amoureuse de Danglard — qui sait faire croire à chaque femme qu’elle est la seule qui compte pour lui — peut sans doute être considérée comme une métaphore de l’inconstance du public.

French Cancan est aussi une description de l’intrusion des financiers (et de leurs caprices) dans le domaine artistique. Comme très souvent chez Renoir, le récit est aussi prétexte à la confrontation de classes sociales et de groupes sociaux différents, la grande bourgeoisie (représentée notamment par Walter, qui explique au long du film que sa classe doit s’entourer de conventions hypocrites pour survivre), l’aristocratie (représentée par le prince Alexandre, un souverain aux sentiments purs, qui finira par comprendre qu’il n’est pas fait pour la vie parisienne), la bourgeoisie, la classe laborieuse dont est issue Nini, le monde du spectacle.

ELS DILLUNS DEL CINEMA EN VOS · PROGRAMA DEL NOVEMBRE 2012

DILLUNS 5 DE NOVEMBRE A LES 8 DEL VESPRE

 

ADIEU GARY de Nassim Amaouche – 1h15

Amb: Jean-Pierre Bacri, Dominique Reymond, Yasmine Belmadi, Mhamed Arezki, Sabrina Ouazani, Alexandre Bonnin

Al mig del no-res, una ciutat obrera que s’ha buidat de població en els últims anys. Tot i així, algunes persones han decidit quedar-s’hi, més per elecció que per necessitat, perquè és aquí on han nascut i crescut. Entre ells es troben Francis, treballador pertinaç que segueix mantenint la màquina en la qual ha treballat tota la seva vida; Samir, el seu fill, que torna al barri després d’una llarga absència; també trobem Maria, una veïna que viu sola amb el seu fill Josep, qui vol creure que son pare és Gary Cooper. L’esperarà cada dia al carreró d’aquest no-man’s land contemporani, que s’assembla molt a un decorat de western…

Au milieu de nulle part, une cité ouvrière vidée de sa population depuis quelques années déjà. Pourtant, certains habitants ont décidé d’y rester, plus par choix que par nécessité, parce que c’est là qu’ils sont nés et qu’ils ont grandi. Parmi eux il y a Francis, l’ouvrier consciencieux qui continue d’entretenir la machine sur laquelle il a travaillé toute sa vie ; Samir, son fils, qui revient dans le quartier après une longue absence ; mais aussi Maria, la voisine, vivant seule avec son fils José qui veut croire que son père est Gary Cooper. Il va donc l’attendre tous les jours dans la ruelle de ce no man’s land contemporain, qui ressemble à s’y méprendre à un décor de Western…

Video (en francès): http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18898374&cfilm=138072.html

DILLUNS 12 DE NOVEMBRE A LES 8 DEL VESPRE

 

FRENCH CANCAN de Jean Renoir – 1h37

Amb: Jean Gabin, Michel Piccoli,  Maria Felix, Gaston Modot i Françoise Arnoul

La ballarina Lola comparteix els seus favors entre Danglard, propietari del “Paravent Chinois”, i Walter, patrocinador d’aquest cabaret. Lola s’enfada amb Danglard, perquè s’ha fixat en la jove bugadera Nini; Walter, furiós, s’senduu el seu capital del cabaret. Tot i quedar arruiïnat, Danglard decideix posar en marxa el French-Cancan al “Moulin Rouge”, comptant amb Nini com a ballarina principal, ara que s’ha convertit en la seva amant.

La danseuse Lola partage ses faveurs entre Danglard, propriétaire du « Paravent Chinois », et Walter, commanditaire de ce cabaret. Comme Lola fait une scène à Danglard qui a remarqué la jeune blanchisseuse Nini, Walter, furieux, reprend ses capitaux. Danglard ruiné décide cependant de lancer le French-Cancan au « Moulin-Rouge » avec, comme vedette, Nini qui est devenue sa maîtresse.

Video (en francès): http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19187657&cfilm=101505.html

DILLUNS 19 DE NOVEMBRE A LES 8 DEL VESPRE

 

MEMORY LANE de MikhaëlHers – 1h38

Amb: Thibault Vinçon, Dounia Sichov, Lolita Chammah, Stéphanie Déhel, Thomas Blanchard, David Sztanke, Jeanne Candel, Hubert Benhamdine, Louis-Ronan Choisy, Bérangère Bonvoisin, Didier Sandre

Un estiu, set amics de 25 anys es retroben uns dies a la ciutat on va créixer. Cadascun té les seves raons per ser-hi: alguns encara hi viuen, altres vénen de nou per raons familiars, o bé per buscar els rastres d’una adolescència difícil, d’altres pensen que potser trobaran l’amor… A mesura que els dies passen sota el blau profund del cel d’agost, cadascun porta amb sí la intuïció que aquests moments compartits són potser els últims.

Un été, sept amis de 25 ans se retrouvent à passer quelques jours dans la ville qui les a vus grandir. Chacun a ses raisons d’être là : certains y vivent encore, d’autres y reviennent pour des raisons familiales ou pour y chercher les traces d’une adolescence tenace, d’autres pensent peut-être y trouver l’amour… Alors que les journées filent sous le bleu profond du ciel d’août, chacun porte en lui l’intuition que ces moments partagés sont peut-être les derniers.

Video (en francès): http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19151499&cfilm=176752.html

DILLUNS 26 DE NOVEMBRE A LES 8 DEL VESPRE

 

DITES À MES AMIS QUE JE SUIS MORT de Nino Kirtadze – 1h27

Documental

A Geòrgia, el país de la recerca del Velló d’Or, els vius segueixen vivint amb els seus morts.

Aquesta pel·lícula, en cap cas sinistra, està dissenyada com una narrativa surrealista i pictòrica a través d’una sèrie d’escenes que ens parlen de la coexistència de dos móns estranys: el real i l’irreal, el dels vius i el dels morts.

En Géorgie, pays de quête de la Toison d’Or, les vivants continuent de vivre avec leurs morts.

Ce film, en aucun cas lugubre, est conçu comme un récit surréaliste et pictural aux travers d’une succession de tableaux qui nous racontent l’étrange cohabitation de deux univers : celui du réel et de l’irréel, celui des vivants et des morts.

Pel·lícula “Les neiges du Kilimandjaro” dijous 25 d’octubre al cinema Imperial

Les neiges du Kilimandjaro de Robert Guédiguian 

 

Dijous 25 d’octubre a les 20.00h i a les 22h30 AL CINEMA IMPERIAL (plaça Imperial, 4) – entrada lliure per els socis del CINECLUB i els Amics de l’ALLIANCE FRANÇAISE

Fitxa

Ariane Ascaride                                              Marie-Claire

Jean-Pierre Darroussin                               Michel

Gérard Meylan                                               Raoul

Marilyne Canto                                               Denise

Grégoire Leprince-Ringuet                      Christophe

Direcció                                                           Robert Guédiguian

Guió                                                                     Robert Guédiguian

Jean-Louis Milesi

Producció                                                         Malek Hamzaoui

Fotografia                                                       Pierre Milon

Muntatge                                                       Bernard Sasia

Duració                                                          107 min

Sinopsi: Encara que ha perdut la seva feina, Michel viu feliç amb Marie-Claire. S’estimen des de fa trenta anys. Els seus fills i néts els omplen. Tenen bons amics. Estan orgullosos dels seus combats sindicals i polítics. Aquesta felicitat esclatarà davant dos joves armats i emmascarats que els colpegen, els lliguen, els arrenquen les aliances, i fugen amb les seves targetes de crèdit…

Critica: Robert Guédiguian ha alternat peces mestres com À la place du coeur o Marius et Jeannette amb obres més militants a l’estil del Mon père est ingénieur. Que el seu innegable talent no s’ha vist devorat per la demagògia política resulta evident en Les neiges du Kilimandjaro. Estrany títol, en aparença, per a una pel·lícula sorgida del poema La gent pobra, original de Victor Hugo. Sí, el mateix que en Els miserables va escriure: “El treball no pot ser una llei sense ser un dret”.

La millor basa del film es troba en la parella protagonista, Ariane Ascaride (com­panya de Guédiguian en la vida real) i Jean-Pierre Darroussin, dos noms units des de sempre a la filmografia del cineasta marsellès. Tots dos aporten una fascinant convicció als personatges d’aquesta dona forta amb aparença feble i d’aquest home per a qui el treball i el combat polític solidari han suposat l’eix de la seva vida. Els rostres i mirades de Darroussin i Ascaride eviten que un guió de vegades excessiu en els seus salts de la comèdia al drama social, es torni inversemblant. Però tampoc cal restar-li mèrits a Guédiguian, novament en estat de gràcia, que aconsegueix emo­cionar i divertir als qui contemplen aquesta història sobre un fet molt actual en una Europa devorada per la recessió econòmica. Despertar d’un llarg i enganyós somni. El d’una classe treballadora que creia haver ascendit en el status social i contem­pla, novament, la seva condició d’eterna perdedora. Una pel·lícula exemplar per a aquests temps d’engany permanent.

Synopsis : Bien qu’ayant perdu son travail, Michel vit heureux avec Marie-Claire. Ces deux-là s’aiment depuis trente ans. Leurs enfants et leurs petits-enfants les comblent. Ils ont des amis très proches. Ils sont fiers de leurs combats syndicaux et politiques. Ce bonheur va voler en éclats devant deux jeunes hommes armés et masqués qui les frappent, les attachent, leur arrachent leurs alliances, et s’enfuient avec leurs cartes de crédit…

Critique : Robert Guédiguian a alterné des chefs-d’œuvre tels que À la place du cœur ou Marius et Jeannette avec des films plus militants dans le style de Mon père est ingénieur. Que son indéniable talent n’a pas été dévoré par la démagogie politique est évident dans Les Neiges du Kilimandjaro. Titre étrange, apparemment, pour un film qui s’inspire du poème Les gens pauvres de Victor Hugo. Oui, le même qui dans Les Misérables a écrit: « Le travail ne peut pas être une loi sans être un droit ».

Le meilleur du film est basé sur les deux personnages principaux, Ariane Ascaride (compagne de Guédiguian dans la vie) et Jean-Pierre Darroussin, deux noms à jamais liés à la filmographie du réalisateur marseillais. Tous deux apportent une vérité convaincante aux personnages de cette femme forte, et faible en apparence et de cet homme pour qui le travail et la lutte politique ont toujours représenté l’axe essentiel de sa vie. Les visages et les regards de Darroussin et d’Ascaride empêchent que le scénario parfois excessif dans ses alternances entre la comédie et le drame social, devienne invraisemblable. Mais il ne faut pas enlever de mérite à Guédiguian à nouveau en état de grâce, qui parvient à émouvoir et amuser ceux qui contemplent cette histoire très actuelle dans une Europe dévoré par la crise économique. Se réveiller d’un long et trompeur sommeil. Le réveil d’une classe ouvrière qui a cru s’être élevé dans la hiérarchie sociale et regarde, encore une fois, sa condition d’éternel perdant. Un film exemplaire par ces temps de désillusion permanente.

Video : http://www.sensacine.com/peliculas/pelicula-179073/trailer-19325696/